Historique

 

bannière rose textep

Histoire de Biennales

 

Depuis 1999, la ville de Pontivy a vu se succéder huit salons du livre d’histoire sur un éventail de thèmes très large. Pour son lancement, le salon du livre met en relief la situation géographique particulière de la Bretagne à travers ses transports, entre terre et mer, qui ont marqué des générations de bretons.

En 2000, les femmes de l’Histoire, dont Lucie Aubrac, entrent par la grande porte du salon du livre d’histoire.

En 2001, le salon se fait témoin des grands procès de l’Histoire et rouvre les dossiers des injustices et justices commises par les tribunaux.

Lors de l’édition suivante, en 2002, l’écriture de l’histoire au temps présent fait l’objet du salon autour du thème : Les reporters de l’Histoire. Histoire et médias. Histoire immédiate.

En 2004, alors que le salon du livre d’histoire prend le nom et la forme d’une Biennale, c’est le territoire qui est à l’honneur avec pour titre Histoire et paysages. La terre en héritage.

En 2006, une Biennale intitulée Les temps de l’enfance nous fait découvrir le quotidien des enfants à travers les époques.

Deux ans plus tard, le thème alléchant Quand l’Histoire se met à table attire notamment Jean-Claude Kaufmann.

En 2010, un vent de révolte a soufflé sur Pontivy autour du thème Rebelles et Résistants à l’occasion de la Biennale 2010, marquée notamment par les venues de Jacques Tardi ou de Sorj Chalandon.

Lors de la dernière édition de la Biennale du livre d’Histoire qui s’est déroulée en 2012, les historiens, romanciers, scientifiques, auteurs et illustrateurs jeunesse se sont intéressés aux relations qu’entretiennent les hommes et les animaux à travers le thème L’homme et l’animal, toute une histoire.

p

biennale 2004

biennale 2006

Projet 3

Affiche Biennale 2010

affiche_francais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

p

p