Au cinéma (Rex) biennale 2016

Bandeau Cinema

Tarif : 4€
3€ pour les moins de 14 ans

Cinéma Rex
Zone de Saint-Niel à Pontivy
02 97 25 79 41
Horaires et infos : sites.google.com/site/cinerexpontivy

Les chariots de feu de Hugh Hudson (1981)

En 1924, deux athlètes britanniques triomphent aux Jeux olympiques de Paris. Cette brillante victoire va plus loin que le simple exploit sportif. le plus important dans ce triomphe, ce sont les raisons profondes qui les ont mené l’un et l’autre sur les chemins de la victoire. Harold Abrahams est juif et court pour combattre l’adversité qu’il a vécu à l’université de Cambridge. Eric Lidell est écossais, fils d’un missionnaire en Chine, qui court pour la gloire de Dieu. Le film suit leurs vies dans les années qui les ont menées aux Jeux olympiques.

Lundi 28 mars à 20h30
Mardi 29 mars à 17h45

Le prodige d'Edward Zwick (2015)

L’histoire de Bobby Fischer, le prodige américain des échecs, qui à l’apogée de la guerre froide se retrouve pris entre le feu des deux superpuissances en défiant l’Empire Soviétique lors du match du siècle contre Boris Spassky. Son obsession de vaincre les Russes va peu à peu se transformer en une terrifiante lutte entre le génie et la folie de cet homme complexe qui n’a jamais cessé de fasciner le monde.

Jeudi 31 mars à 20h – suivi d’un débat avec l’Échiquier Club de Pontivy
Vendredi 1er avril à 17h45

Jappeloup de Christian Duguay (2012)

Au début des années 80, abandonnant une carrière d’avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa passion, le saut d’obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et s’impose dans le monde de l’équitation. Mais les JO de Los Angeles sont un terrible échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses. Avec l’aide de Nadia, sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en 1988.

Jeudi 14 avril à 20h – suivi d’un débat avec Patrice Régnier et des membres d’Équi-Pondi

Le ballon d'or de Cheik Doucouré (1994)

Bandian habite le petit village guinéen de Makono, perdu au fond de la forêt. Il n’a pas 13 ans. Pourtant, il est évident, à le voir évoluer sur un terrain de football, si sommaire soit-il, qu’il a l’étoffe d’un grand joueur. Madame Aspirine, une jeune doctoresse occidentale qui s’est prise d’affection pour lui, lui offre un ballon en cuir. Bandian a beau être ravi, il en fait un si mauvais usage qu’il est contraint de fuir son village. Diverses péripéties l’amènent à participer à un match avec des joueurs plus âgés, qu’il surclasse aisément, et à attirer l’attention de Béchir Bithar, un homme d’argent qui flaire aussitôt la bonne affaire…

Jeudi 7 avril  à 14h00
Vendredi 8 avril à 16h15
Lundi 11 avril à 14h00
Mardi 12 avril à 16h15

Red army de Gabe Polsky (2015)

Porté par Werner Herzog et le producteur Jerry Weintraub primé aux Emmy Awards, le documentaire Red Army retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « l’Armée Rouge » : une dynastie unique dans l’histoire du sport. L’ancien capitaine de l’équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun : d’abord adulé en héros national, il sera bientôt condamné comme ennemi politique. La « Red Army » est au cœur de l’histoire sociale, culturelle et politique de son pays : comme l’URSS, elle connaît la grandeur puis la décadence, avant d’être secouée par les bouleversements de la Russie contemporaine. Red Army raconte l’histoire extraordinaire de la Guerre Froide menée sur la glace, et la vie d’un homme qui a tenu tête au système soviétique.

Lundi 18 avril à 20h30
Mardi 19 avril à 17h45

Tabarly de Pierre Marcel (2008)

« On souhaite s’approcher de ceux que l’on admire, pour les écouter, les connaître. Mais ces hommes-là ne racontent pas leur histoire, ils la vivent. Rencontrer Eric est déconcertant. Un homme de discrétion et d’humilité. Une présence, imposante. Des mots simples et un humour pudique. Je regrette de ne pas l’avoir mieux connu. Mais si je l’avais connu davantage, en aurais-je su beaucoup plus ? Parrainé par l’Association Eric Tabarly, le film de Pierre Marcel évoque le parcours hors norme du marin et son extrême sensibilité. S’appuyant sur une documentation unique d’archives radiophoniques et audiovisuelles, françaises et étrangères, professionnelles et amateurs, inédites pour la plupart, le documentaire nous fait revivre les courses au large, les arrivées discrètes ou triomphales, en solitaire ou en équipage, au long des trente cinq années de suprématie des Pen Duick sur toutes les mers du monde. »

Jeudi 21 avril à 20h30 – suivi d’une discussion avec le réalisateur
Vendredi 22 avril à 17h45