Ouverte sur le monde.

1972, signature de la charte de jumelage par Hans Mock, maire de Wesseling (à g.), et Michel Masson, maire de Pontivy (à dr.) © Ville de Pontivy, Archives municipales

1972, signature de la charte de jumelage par Hans Mock, maire de Wesseling (à g.), et Michel Masson, maire de Pontivy (à dr.) © Ville de Pontivy, Archives municipales

Les Bretons ont parcouru toutes les mers à la rencontre des peuples du monde. Pontivy, qui a donné plusieurs grands marins au pays, est animée de ce même esprit d’ouverture et de découverte. En 1958, elle a signé une première charte de jumelage avec la ville anglaise de Tavistock, dans le Devon. Par la suite, elle s’est associée à trois autres villes sur les continents européen, américain et africain : Wesseling en Allemagne, Napoleonville aux Etats-Unis et Ouelessebougou au Mali. Le jumelage avec Oueslessebougou se situe dans une perspective de coopération et de développement entre pays du nord et du sud. Au cœur d’une Bretagne partageuse et solidaire, il exprime un idéal de paix, de justice et de solidarité. Ici, ailleurs et partout.