La Vierge-reliquaire à l’Enfant séjourne à Kerguéhennec

Hélène Champagnac, restauratrice de l'atelier régional, en train de nettoyer la sculpture

La Vierge-reliquaire à l’Enfant récemment classée monument historique par le ministre de la culture est actuellement entre les mains des restauratrices de l’atelier régional de restauration de Kerguéhennec à Bignan.

L’état très altéré de la polychromie, en soulèvement quasi généralisé, rendait nécessaire une opération d’urgence. Le caractère exceptionnel de la pièce – dans son iconographie et dans sa finesse d’exécution – justifiait en outre d’en approfondir la connaissance.

Dès avant l’intervention, les lacunes évidemment regrettables de polychromie permettaient d’apercevoir une couche picturale sous-jacente très raffinée. S’agit-il de la couche originelle? Soumise – comme la plupart des œuvres ayant traversé les siècles – aux évolutions du goût de ses contemporains successifs, la statue a-t-elle subi d’autres repeints? L’observation à l’œil nu de la boîte-reliquaire ne permet pas d’en identifier précisément le contenu. Un examen plus poussé apportera-t-il de nouveaux renseignements sur la nature des reliques?

C’est pour répondre à ces questions que l’opération de conservation (dépoussiérage, traitement insecticide liquide, fixation de la polychromie) actuellement menée par Hélène Champagnac s’accompagne d’une minutieuse analyse de l’œuvre. Des résultats de cette étude découlera la suite éventuelle à donner à l’opération de restauration.

Photographie : Hélène Champagnac, restauratrice de l’atelier régional, en train de nettoyer la sculpture.

Les commentaires et pings sont clos.