Le label «Eco école» pour Stival

A la cantine, les élèves font le tri de leurs déchets à chaque fin de repas.

Pour la troisième année consécutive, l’école de Stival devrait obtenir le label «Eco école». Cette distinction s’inscrit dans un programme international d’Education au Développement Durable (EDD) suivi par l’office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe. Pour décrocher ce label, le principe est simple: réaliser une action significative autour de gestes concrets liés à la défense de l’environnement. Cette année, les élèves stivaliens ont concentré leurs efforts sur la gestion des déchets au quotidien. Premiers déchets qui concernent directement les enfants à l’école: les fournitures scolaires. Dès le début de l’année, avec les enseignants, chaque classe a mis au point une procédure permettant de moins gaspiller comme l’indique Nadine Maricourt, la directrice de l’établissement: «nous avons installé des boîtes de tri à l’intérieur des classes pour que les enfants apprennent à trier les fournitures usagées. Ainsi les stylos cassés, les cartouches d’encre vides, voire les mouchoirs en papier sont méthodiquement classés en fonction de leur recyclage possible. Et bien sur, il y a le papier. Là, toutes les feuilles utilisées sont déposées dans une caisse et les enfants ont pris l’habitude de les récupérer pour s’en servir de brouillon ou pour faire du découpage avec les chutes pour réaliser des exposés par exemple». Résultats: une diminution des dépenses de fournitures et de bonnes habitudes que les élèves ramènent à la maison et appliquent chez eux.

Un lombricomposteur est installé dans l'une des classes de l'école de Stival.

Un lombricomposteur est installé dans l’une des classes de l’école de Stival.

Les repas pris à la cantine génèrent eux aussi bon nombre de déchets. Là encore, deux bacs sont installés dans le réfectoire, l’un destiné aux déchets d’origines animales, non recyclables, le second aux autres restes qui serviront à fabriquer du compost. Ainsi, chaque semaine les élèves notent sur un graphique le poids de leurs déchets et ont pu constater une nette diminution du poids total de leurs poubelles puisqu’avant le début de l’opération, celui était de 29,5 kg en moyenne par semaine et qu’il est tombé à moins de 12 kg depuis la mise en place du système. Une initiative qui a même été relayée par la presse puisque qu’un article consacré à l’école de Stival est paru dans le magazine pour enfants Wapiti au mois de mai.

Les commentaires et pings sont clos.