R comme Château des Rohan

FRAM56178_1Fi_0113

Carte postale du Château vers 1920. (Archives municipales de Pontivy, 1Fi113)

Parmi tous les monuments présents à Pontivy, il en est un qui est particulièrement cher aux pontivyens. Achevé en 1485, le château de Pontivy a été construit par Jehan II vicomte de Rohan. Issu d’une longue lignée de seigneurs de Pontivy, Jehan II décide, en 1479, d’édifier ce château destiné afin de confirmer sa puissance en Centre Bretagne. Il installe ainsi à Pontivy, devenu chef lieu des fiefs des Rohan, une forteresse permettant de défendre la ville, pouvant servir d’habitation au seigneur et destiné à accueillir son administration.

FRAM56178_1M12_025_3_001

Plan de l’aménagement de la promenade autour du château, XIXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, 1M12/25)

Cet imposant château, de 75m sur 90m, avec ses quatre tours d’angle de 60m de circonférence (il n’en reste que deux aujourd’hui) connaît son premier siège dès 1488. A l’époque le Roi de France, Charles VIII, entreprend la conquête de la Bretagne, trouvant dans la famille de Rohan un allié précieux. Le château est pris par les troupes du duc de Bretagne François II. Le Château sera rendu à son légitime propriétaire l’année suivante.

En 1560, Henri Ier de Rohan, son nouveau propriétaire y fonde l’Église réformée de Pontivy, faisant de la ville et de son château la capitale du protestantisme Breton. Lorsque Henri IV monte sur le trône en 1589, la plus grande partie des Bretons, catholiques, prennent le parti de la Ligue conduite par le duc de Mercoeur. Le 3 décembre 1589, Mercoeur et l’armée catholique, composée en partie d’Espagnols, viennent assiéger Pontivy. La forteresse résiste. Mais elle finit par capituler, faute de vivres. L’édit de Nantes restitue le château aux Rohan et sa chapelle devient l’un des six lieux de mariage concédé aux huguenots de Bretagne.

FRAM56178_1Fi_0110

Carte postale de la façade du château, vers 1920. (Archives municipales de Pontivy, 1Fi110)

Henri II de Rohan, ayant vu son domaine élevé au rang de duché-pairie, entreprend de grands travaux au château. Il supprime le corps de logis est et la tour sud-est pour réaliser une terrasse d’artillerie, mais il ne sert plus à la guerre. En 1748, le pré situé devant le château est donné à la ville qui y installe un champ de foire. Quelques années plus tard, une promenade est aménagée autour des fossés. En 1792, le château est mis sous séquestre et les Rohan ne le récupèrent qu’en 1814. Longtemps inoccupé, il accueille une école dirigée par les sœurs de Kermaria de 1841 à 1884. Puis il est utilisé comme musée par un archéologue local avant d’être occupé par la jeune société sportive, la « Garde Saint Ivy », à partir de 1909.

glacis du chateau total

Plan du glacis du château arasé par la municipalité, 1915. (Archives municipales de Pontivy, 1M12)

En 1915-1916, la municipalité arase la contrescarpe du château afin de mettre en valeur l’édifice. Malgré les protestations et le blâme du ministre, les travaux sont réalisés. Durant l’entre-deux guerres, le château continue à être utilisé par la Garde Saint Ivy qui y a installé des salles d’entraînement. A la suite de l’invasion de la France par l’Allemagne, des autonomistes bretons s’y réunissent, le 4 juillet 1940, et y proclament l’indépendance de la Bretagne. Il devient, pour un temps, le centre d’entraînement des volontaires de la « légion Bretonne ». Le 31 juillet 1940, alors que la population attaque la forteresse à coups de pierres, les clés du châteaux sont remises à la Kommandantur. Le Château sort de la guerre en très mauvais état. Il est restauré par la municipalité de 1953 à 1972. En 1985, le château fête son 500e anniversaire.

1M12_25 plan chateau coupe du glacis diminué

Coupe du glacis du château, 1915. (archives municipales de Pontivy, 1M12)

En 2014, suite à un important épisode pluvieux, le mur de la courtine sud s’effondre. Sa reconstruction, qui a commencé en 2016, fait l’objet d’une importante campagne de mécénat.

Reconstruction et campagne de mécénat du château

 

Archives modernes relatives au château

Ces archives sont actuellement en cours de numérisation et devraient faire l’objet d’une mise en ligne fin 2017-début 2018.

 

Les commentaires et pings sont clos.