V comme plaques de Verre

FRAM56178_21FI_0003_L

Place du Martray au début du XXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, Fonds Blat, 21Fi003)

Au milieu du XIXe siècle (vers 1847), alors que la première photographie ne date seulement que de quelques décennies (1827, Point de vue du Gras par Nicéphore Niépce), la plaque de verre, un nouveau procédé va marquer une évolution majeure dans ce domaine à la fois technique, scientifique et artistique.

FRAM56178_20FI_0017_L

Vieil homme de Guémené-sur-Scorff, début XXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, Fonds Bellec, 20Fi17)

A la différence du papier, utilisé jusqu’alors, la plaque de verre permet d’obtenir un résultat photographique en négatif (inversion de la luminosité) plus net et précis, conférant à l’image une restitution plus réaliste du sujet photographié.

Pour se faire, le photographe lie la plaque avec de l’albumine, une protéine extraite du blanc d’oeuf très collante qui retient les sels de nitrate d’argent permettant ainsi de développer le cliché après séchage.

Le collodion est lui aussi employé comme liant, il permet un rendu avec des grains plus fins.

Pratiquée en photographie jusqu’aux années 1950-1960, la plaque de verre sera remplacée petit à petit par la pellicule puis par le film, mais reste utilisée dans le domaine de l’astronomie jusque dans les années 1990.

Les plaques de verre dans les Archives municipales de Pontivy

FRAM56178_21FI_0005_L

Le « Gros-Chêne », début XXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, Fonds Blat, 21Fi005)

Les Archives municipales de Pontivy possèdent deux fonds contenant des plaques de verre. Le fonds Blat et le fond Bellec.

Le fonds Blat est un fonds photographique couvrant l’ensemble du XXe siècle, pour Pontivy et sa région. Il comprend 14 plaques de verre prises vers 1905. On y retrouve des clichés de monuments comme le Château des Rohan, l’église Notre-Dame de Kernascléden ou encore la fontaine de la Chapelle Saint-Nicodème à Pluméliau, mais aussi des vues du marché aux fruits et légumes place du Martray, du Gros Chêne (qui a donné son nom au manoir abritant le lycée agricole), des anciennes halles aux Grains etc…

Des versements de photographies dans ce fonds ont encore lieu aujourd’hui.

bis FRAM56178_20FI_0003_L

Pardon de Notre Dame de la Houssaye, début XXe siècle. (Archives Municipales de Pontivy, Fonds Bellec 20Fi3)

Le Fonds Bellec, quant à lui, est plus important et couvre toute la Bretagne à l’aube du XXe siècle. Il comprend également quelques vues qui ont été prises en dehors de la région. Les photographies sont attribuées au photographe et professeur Joseph Bellec, de Lorient. On y trouve des scènes de vie quotidienne, des vues des monuments, d’événements, de paysage etc…

De nombreuses plaques de verre de ce fonds ont servie à illustrer des cartes postales, gages de leur importance patrimonial et iconographique.

Consulter le Fonds Bellec

Consulter le Fonds Blat

FRAM56178_20FI_0011_L

Ronde d’enfants, début XXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, Fonds Bellec, 20Fi11)

 

FRAM56178_20FI_0048_L

Autocar Vannes – Sarzeau, Début XXe siècle. (Archives municipales de Pontivy, 20Fi48)

FRAM56178_20FI_0177_L

Champs de Mars lors de l’exposition universelle de 1900. (Archives municipales de Pontivy, Fonds Bellec, 20Fi177)

 

 

Les commentaires et pings sont clos.